L'infertilité


Plus d'infos...

Dernière mise à jour : 05/03/2010

Pour plus d'information; consultez le site de l'agence de Biomédecine


1. Modalités



  • Concernant la prise en charge financière, les bilans et traitements de la stérilité sont pris en charge à 100 % au titre de l'Assurance Maladie (Affection de Longue Durée Hors Liste). Cette prise en charge est dépendante de l'accord préalable de votre Médecin Conseil et pour un nombre maximal de 6 inséminations ou 4 FIV par grossesse.
    Attention, cette prise en charge ne concerne ni les éventuels dépassements d'honoraires des praticiens, ni les déplacements (ambulance ou véhicule personnel).
  • A propos du don de gamètes et de l'accueil d'embryons, la législation prévoit un encadrement encore plus strict de ces pratiques :
    • Prise en charge pluridisciplinaire des donneurs et receveurs (médecins, psychologues, Juge du Tribunal de Grande Instance) avec consentement éclairé des couples donneurs et receveurs
    • Respect des règles d'anonymat, de gratuité et de l'absence de responsabilité encourue par les donneurs
    • Pour le don de spermatozoïdes
      Le donneur doit avoir au moins un enfant, être âgé de moins de 45 ans et ne pas présenter de risque médical. La congélation des spermatozoïdes est obligatoire : elle permet le contrôle des sérologies après une période d quarantainte (6 mois). L'utilisation des spermatozoïdes congelés ne sera possible qu'après ce contrôle. Le recueil se fait simplement par masturbation.
    • Pour le don d'ovocytes
      La donneuse doit avoir au moins un enfant, être âgée de moins de 37 ans et ne pas présenter de risque médical. Il n'ya pas de congélation des ovocytes possible, la donneuse doit avoir eu deux contrôles des sérologies, l'un au moment du recueil de consentement et l'autre avant que ne démarre la stimulation en vue de la ponction ovocytaire. En effet, le don d'ovocytes nécessite une petite intervention chirurgicale après un protocole stimulation ovarienne.
    • Pour le don d'embryons
      Il n'est pas nécessaire que le couple à qui appartient les embryon ait déjà eu un enfant. Par contre, avant le don, le couple donneur devra également contrôler ses sérologies. Ces embryons ont été congelés lors de tentatives de fécondation in vitro ou de fécondation in vitro par micromanipulation et appartiennent à des couples qui n'ont plus de projet parental et qui ont décidé leur accueil par d'autres couples stériles.
  • A propos de l'auto-conservation des spermatozoïdes, elle est possible pour de longues périodes (plusieurs années) et disponible en cas d'intervention risquant d'entrainer la stérilité (tumeur des testicules ou de la prostate, radiothérapie...) ou afin de faciliter certaines techniques d'AMP, notamment en cas de sperme très pauvre en spermatozoïdes.
  • Comment choisir un centre d'Assistance Médicale à la Procréation : Bien que les activités d'AMP soient strictement contrôlées et les échanges d'expérience entre professionnels nombreux, les résultats restent variables d'une équipe à l'autre, tant en terme de grossesse que d'écoute et d'organisation.
    Vous pouvez facilement trouver les résultats nationaux (Site de l'association FIVNAT) et chaque centre d'AMP certifié ISO 9001 est en mesure de vous communiquer ses propres résultats.



2. 'Performances'



Les taux de grossesse par transfert ou par insémination sont des chiffres importants mais ils doivent être interprétés en fonction d'autres critères et des moyennes nationales :
  • Pour la FIV et la FIV-ICSI
    • le taux de grossesse par transfert (doit être supérieur à 25 %)
    • le nombre de tentatives par an (doit être supérieur à 300)
    • l'âge moyen des femmes (les chances baissent et les risques augmentent après 34 ans)
    • le taux de congélation embryonnaire (doit être supérieur à 30 %)
    • le nombre moyen d'embryons par transfert (inférieur à 2, il signe une volonté de réduire le risque de grossesses multiples, à haut risque)
    • le taux de grossesses multiples (doit être inférieur à 20 %)
  • pour les transferts d'embryons congelés
    • le taux de grossesse par transfert (doit être supérieur à 15%)
  • pour les inséminations (IAC-IAD)
    • le taux de grossesse par cycle (doit être supérieur à 11 %)
    • le taux de grossesses multiples (doit être inférieur à 25 %)
    • le nombre de cycles (doit être supérieur à 200 par an)


Données nationales accessibles sur
le site de FIVNAT
et le site de l’AGENCE DE LA BIOMEDECINE



3. Adoption



Si trois quarts des couples débutent une grossesse après FIV, certains couples ne souhaitent pas ou ne peuvent pas suivre un tel traitement. Votre médecin, les services sociaux et de nombreuses associations reconnues se tiennent à votre disposition pour vous informer sur l'adoption.

Savoir évoquer suffisamment tôt l'éventualité d'une adoption permet d'accéder à une information objective sur les différentes modalités.

L'acceptation d'un tel projet d'adoption peut être longue pour l'un ou l'autre des conjoints. La venue d'un enfant, quelle qu'en soit l'origine biologique est une grande responsabilité mais également une très grande joie.

Pour en savoir plus, vous pouvez contacter la fédération des associations départementales d'aide à l'adoption :


"Enfance et familles d'adoption"
221, rue Lafayette - 75010 PARIS
Tél. 01 40 05 57 70
@mail: secretariat.federation@adoptionefa.com
Accéder au Site Web


Imprimer - Envoyer à un ami


<< Article précédent | Article suivant >>